Pourquoi et comment investir dans l’immobilier ancien ?

L’immobilier ancien se trouve en moyenne, de 20 à 30 % moins cher que l’immobilier neuf à l’achat avec des caractéristiques presque équivalentes. Parmi eux : la surface, la localisation, le type de bien. Il est toutefois à considérer que l’acquéreur doit effectuer des travaux de rénovation en investissant dans un immeuble ancien. Les droits d’enregistrement ainsi que les frais de notaire sont par ailleurs plus élevés que pour un bien neuf. Investir dans l’immobilier ancien peut toutefois recéler de bons points. Connaître quelques bases est cependant nécessaire. En effet, jusqu’à maintenant investir dans l’immobilier ancien se trouve être le placement le plus courant chez les épargnants en France.

Les avantages ou pourquoi investir dans l’immobilier ancien

L’immobilier ancien est aujourd’hui encore un excellent placement. La plupart du temps qualifié comme une valeur sûre, investir dans l’immeuble ancien permet d’accéder à des prix inférieurs à ceux du neuf. Vous pourrez par ailleurs avoir les meilleurs emplacements (avec le plus souvent le cachet d’un bien immobilier ancien qui garantit l’attractivité de l’actif).

De même, investir dans l’immobilier ancien permet par ailleurs d’accéder à de nombreux dispositifs fiscaux incitatifs : Pinel ancien, Malraux, PTZ (Prêt à Zéro Taux)…

Les dispositifs fiscaux pour l’immeuble ancien

Le dispositif Pinel ancien permet les mêmes réductions d’impôt tout comme pour le Pinel classique (logement neuf en VEFA). C’est-à-dire 12 % de réduction (engagement sur 6 ans), 18 % (sur 9 ans) et 21 % (sur 12 ans). Des conditions d’éligibilité au Pinel ancien existent en ce moment. Notamment : investir dans un logement/local commercial vétuste difficile à louer et y entreprendre des travaux (réhabilitation ou transformation) existe en ce moment.

Le régime du déficit foncier permet de déclarer un revenu foncier négatif et bénéficier de réductions d’impôts (pendant toute la durée de l’emprunt qui sert à financer les travaux de rénovation). Condition : adopter le régime d’imposition réel sur revenus fonciers.

Les bases ou critères de sélection de l’immeuble ancien pour un bon investissement

Il est toutefois à noter qu’investir dans l’immobilier ancien n’est pas nécessairement synonyme de rentabilité. Afin d’obtenir les meilleurs rendements, bien choisir une stratégie d’investissement (investissement locatif, l’achat-revente, résidence principale ou secondaire…) est indispensable.

Respecter certaines règles de base en ce qui concerne la sélection du bien est aussi important.

Étudier le marché immobilier local le plus précisément possible (évaluer le prix au m2, son évolution dans le temps, la politique d’urbanisme de la ville, s’il y a des projets d’aménagements en cours/à l’étude). Il faut par ailleurs prendre en compte l’ensemble des coûts (charges de copropriété, frais de notaire, performance énergétique…) Enfin, réalisez un devis professionnel pour les travaux de rénovation à effectuer avec des chiffres bien précis. 

Investissement immobilier : dans quelles villes de France investir
Investissement immobilier : quels bien ne surtout pas acheter ?